Le plaisir de la balle neuve

Certaines personnes vont me trouver "malade", mais je  suis un adepte de la balle neuve. Le plaisir de sortir une balle neuve, la marquer avec son stylo rouge (pour moi), tracer une ligne pour le putting, et je la regarde.

Cette balle va m apporter plaisir, joie, tristesse, et peut être même la colère. Et pourtant, j adore la regarder, la préparer, la poser sur son tee pour le premier coup de la partie. Je me souviens de ma première balle neuve, une Slazenger, elle était dans une boite, chaque balle enrobée dans son papier comme un chocolat aujourd'hui. 

Je vous assure que trouver une balle, n'était rien comparé à la balle neuve. Que de doux souvenirs, de parcours partagés sur les fairways d'Arcachon.

Et puis certaines marques ont disparus, pour voir les premieres balles Spalding, couronnés de succès par Greg Norman, la premiere balle Nike joué par Tiger Woods, abandonnant les balles balata pour une confection moderne. Titleist a toujours été un leader de la balle avec Wilson. La premier Pro v1 qui selon Jack Nicklaus avait un vol different suivant la positon de la balle sur le tee.

La grandeur de la Pro V1 dans les années 2000 qui était qu prix de 400 francs la douzaine, et tout le monde voulait jouer la balle la plus performante au monde. Aujourd'hui elle reste la balle, elle est toujours au même prix et pourtant les gens la trouvent cher alors que la douzaine n'a pas bougé d'un euro en prix. Comment peut on trouver cher une balle aussi exceptionnelle? 

 

Je vous souhaite de jouer toujours une balle neuve et comme moi enfant avoir le plaisir de regarder sa balle de golf pour des bons et autres coups de golf.